Aujourd’hui et depuis toujours , j’ai un problème…je ne sais pas mentir !
S’en est même ultra frustrant car je me fais démasquer illico , tout mon visage exprime : « Je suis entrain de raconter n’importe quoi et ça me fait trop rire ! » même avec la plus grande concentration.
Cela fait immensément rire mes enfants car ils me grillent en moins de deux secondes à chaque fois en me disant : « Mais maman pourquoi tu t’obstines ? T’y arrives pas , t’y arrives pas, c’est pas grave. »

En réalité si, j’arrive à mentir pour le plaisir de raconter n’importe quoi mais uniquement aux: policiers, patrons,bureaucrates, administrations…..et aux coiffeuses !!
Pour tout ce qui représente l’autorité je sais pourquoi je mens (question de survie et un peu de rébellion aussi) mais les coiffeuses je n’ai jamais trop compris pourquoi ? Je n’ai pas souvenir que ça ait été autrement , j’ai TOUJOURS menti aux coiffeuses !

En fait c’est simple, à chaque fois que j’ai posé mes fesses dans un fauteuil de salon de coiffure j’étais une nouvelle personne. Tantôt journaliste , reporter de guerre, mannequin main (bah oui faut rester crédible !) ou encore choriste pour l’Eurovision.

Je tiens à préciser tout de suite que j’aime les coiffeuses, ce sont pour moi de véritables fées qui agissent à aider les hommes et les femmes à se sentir mieux dans leurs baskets afin qu’ils rayonnent d’avantage.

Bon tu l’auras compris on va parler cheveux dans cet article mais si tu es chauve tu peux continuer de lire quand même car on va aller un peu plus loin.

Le cheveu est présent dans nos vies, il y a même des tas d’expressions :
Avoir un cheveu sur la langue, à un cheveu près, comme un cheveu sur la soupe, se couper les cheveux en quatre, s’arracher les cheveux, se faire des cheveux blancs…

Les indiens d’Amérique considéraient les cheveux comme des antennes de la vie spirituelle et pensaient que chaque coiffure avait un sens profond.

On se souvient tous aussi de Raiponce et sa longue chevelure magique qui en se coupant les cheveux retrouva la liberté.

Mes cheveux et moi avons toujours eu une relation compliquée, tantôt soyeusement copains, tantôt démêlant avec difficulté nos dissonances.

J’ai quasiment toujours eu les cheveux longs, châtains, très fins et raides et ai longtemps jalousé les cheveux épais et ondulés de mes frères. Paraît qu’on est jamais content des cheveux que l’on a !

Dès l’âge de treize ans j’ai commencé a vouloir les changer pour qu’ils me plaisent d’avantage, pour ME plaire d’avantage:
permanentes, frange/pas frange,  dreads, rajouts, tresses africaines…
Teintures: Rousse, blonde, rousse, brune, re-rousse, rouge, rose fluo, re-re-rousse…

Puis un jour je suis allée à une conférence sur le développement personnel. À mon arrivée un groupe de femmes m’a complimenté sur ma chevelure rousse qui me donnait l’air d’une fée , selon elles. Je leur ai dit que ce n’était pas ma couleur naturelle. L’une d’elle m’a alors répondu ,avec des yeux remplis d’amour et de bienveillance:
« le jour où tu retrouveras ta couleur naturelle, tu te retrouveras. »

Cette phrase a résonné en mon for intérieur.

Ce soir là, j’ai re-visualisé toutes les coupes et couleurs que j’avais eu et me suis rendue compte que c’était autant de masques que j’avais porté.
En effet à chaque couleur mon état d’esprit et mon attitude étaient différents.
Mes cheveux roses fluo criaient: »Bon dieu mais regardez moi ! j’existe ! »
Ma frange longue me permettait de voir le monde sans être vue, une manière de me cacher.
Mes dreads étaient un acte de rébellion contre l’autorité parentale et sociétale , une façon inconsciente de me faire rejeter d’un côté et d’appartenir à un groupe de l’autre.
Ma blondeur accentuait inconsciemment ma candeur et ma chevelure rousse révélait la femme sexy qui sommeillait en moi.

Après cette soirée je décidais donc de retrouver ma couleur naturelle et pendant deux ans je n’y ai plus touché.
Appréciant de me redécouvrir , de retrouver ma chevelure d’enfance , d’accepter cette couleur châtain faisant ressortir le vert de mes yeux noisettes. J’appris à m’aimer sans faux semblant, car finalement n’était-ce pas mon plus gros mensonge ?

Cela venait-il de là mon habitude de mentir aux coiffeuses ? N’étaient elles pas complices de nos tricheries ?

Août 2011, ma mère est sur le point de mourir , j’ai les cheveux longs jusqu’à la taille. Mon père est mort en juin et mon grand-père quelques mois plus tôt, je sais déjà que cette année va être une des pires de ma vie.

J’ai envie de tout couper !

C’est la première fois que je côtoie la mort d’aussi près et elle est entrain d’emporter tous mes proches. Je sais que le deuil va être long et difficile. J’ai besoin d’une date butoir. Je calcule que si je me rase la tête, il me faudra à peu près neuf ans pour retrouver ma longueur d’aujourd’hui. Neuf années pour faire le deuil de mes proches et accepter d’être devenue orpheline à 26 ans. Ok voilà mon objectif.

Après avoir voulu me raser la tête avec la tondeuse à barbe de mon frère, je le laisse me convaincre d’aller chez le coiffeur pour que ce soit joli. Je le soupçonne d’avoir demandé au coiffeur de me faire changer d’avis car il m’a fallu près d’une heure pour le convaincre de me raser la tête !
Après une rude négociation et face à mon obstination , nous trouvons un terrain d’entente, je repars donc avec moins de 2 cm sur le crâne.
On est le 28 août 2011, jour de mes 26 ans et ma nouvelle coupe me donne une force incroyable.

Le lendemain matin à l’aurore ma mère s’en va.

Jour de l’enterrement , le premier mari de ma mère manque de défaillir en me voyant. Il vient me saluer et me prévient qu’il ne pourra pas me regarder ni me parler car je ressemble beaucoup trop à ma mère avec cette coupe.
En effet, quelques semaines plus tard en vidant la maison de mes parents , je retrouve une photo de ma mère avec une coupe de cheveux ultra courte. Elle a coupé sa longue chevelure à peu près au même âge et elle était juste sublime.

Je vais ensuite retrouver des photos d’elle jeune avec les cheveux roux et la ressemblance est encore plus frappante.
Je trouve ça intriguant.

Au début la douleur est tellement grande que je retourne régulièrement chez le coiffeur, presque tous les mois, pour réajuster ma coupe. Comme une façon de faire durer la repousse car neuf ans pour faire mon deuil, impossible, je n’y arriverais jamais.

Puis le temps passe et la douleur commence à s’estomper, doucement, tout doucement.
J’ai parfois le sentiment que mes cheveux ne repoussent pas de manière régulière. Lorsque je remonte la pente ils poussent d’un coup et quand le chagrin remonte à la surface, j’ai l’impression que la longueur stagne.

Mais finalement le temps faisant son travail, au bout de trois ans je vais déjà beaucoup mieux et au bout de cinq ans…ça y’est j’ai vraiment le sentiment profond que le deuil est fait. La digestion fut lente mais elle est faite.

Sauf que je me met à culpabiliser d’avoir guéri mon coeur plus tôt que prévu.
Alors je regarde mes cheveux pousser tranquillement et j’y vois apparaître de plus en plus de fourches, comme le reflet de la partie divisée en moi: avancer ou rester dans le passé.

Un jour une amie me parle de coupe énergétique et m’explique tout le bien que ça lui a fait et la force et beauté de ses cheveux depuis. Je me renseigne et trouve une coiffeuse sur Nantes, je lui ai envoyé plusieurs fois des messages et ai composé son numéro de téléphone mais je n’ai jamais réussi à aller jusqu’à prendre rendez-vous.
J’étais comme bloquée, complètement indécise.

Depuis plusieurs semaines mes cheveux étaient impossible à brosser. J’avais beau les peigner trois fois par jour, chaque journée se finissait avec des amas de noeuds incroyables. Je savais que mon mental était emmêlé entre l’envie de quitter mon job alimentaire et l’envie de me lancer à mon compte , des fourches en veux-tu en voilà !

Et il y a trois semaines , je l’ai rencontrée par hasard à un salon du Zen près de Nantes où j’accompagnais une amie. Elle était là, souriante, bienveillante, une véritable lumière. Elle, c’est Marie-Madeleine et ce n’est pas une coiffeuse comme les autres, c’est une véritable thérapeute du cheveu.

Une coupe énergétique qu’est-ce que c’est ?
Je vous partage la description du site de Marie-Madeleine car elle en parle mieux que moi:
« Nos cheveux se modifient en fonction des éléments de notre vie. Ils sont le baromètre de notre état physique, psychique et émotionnel. La façon dont on se coiffe, la santé de notre chevelure et de notre cuir chevelu, nos épis… ne sont pas anodins. Ils sont de parfaits indicateurs sur nous-même. Les cheveux gardent en mémoire toute notre histoire et celle des générations précédentes.À l’aide d’un coupe-chou (rasoir traditionnel), je vous coupe les cheveux en suivant les méridiens d’acupuncture qui parcourent le cuir chevelu. En fonction des préceptes de
la médecine chinoise, chaque méridien est relié à un ou plusieurs organes qui gèrent des émotions.
Celles-ci, vécues difficilement voire refoulées, entraînent des barrières énergétiques.La vibration du rasoir, transmise à tout le corps, contacte ces blocages afin de les faire remonter à la conscience.Le corps, libéré de ses blocages, retrouve son énergie et son rayonnement. « 

Elle me demande si je lave souvent mes cheveux. Je lui répond que oui car ils re-graissent très vite.
« Céline tes cheveux ne sont pas gras, ils pleurent. »
Pfiouuu vous imaginez comme ça a résonné en moi !
Nous prenons rendez-vous en nous basant sur les cycles de la lune, ce sera le 2 mars.
C’est le jour où je me lance dans ma nouvelle vie de thérapeute, l’agenda Universel ne cessera jamais de m’impressionner !

J’arrive dans le salon de Marie-Madeleine et mon coeur s’apaise immédiatement, on est dans un cocon de douceur.
Chaque centimètre du salon vibre l’amour !

Je me rend compte en m’installant sur son fauteuil que je ne me suis pas offert un temps pour moi depuis des années. Je suis toujours de l’autre côté, c’est moi la thérapeute, c’est moi qui offre écoute et douceur.
Aujourd’hui c’est à mon tour de recevoir, de me déposer et c’est un cadeau immense que je m’offre.

Pas question de mentir aujourd’hui, les mots d’ordre sont transparence, sincérité et bienveillance.

Nous prenons une heure pour discuter de ce qui m’amène et de mon parcours de vie. Puis vient le shampooing avec un massage Shiatsu du crâne totalement orgasmique et délassant.

Les tensions s’envolent déjà. On passe à la coupe et elle m’explique qu’elle va canaliser et recevoir l’info de ce qui doit être coupé. Je lui offre une confiance totale.
Les coups de rasoir commencent et à chaque mèche , les vibrations me libèrent d’un poids. Je commence à ressentir une légèreté incroyable, comme si chacune de mes cellules étaient ré-oxygénées.

Il y a une mèche en particulier qui se ré-emmêle à chaque fois qu’elle y passe le peigne; elle m’explique que cette mèche est sur le méridien de la vésicule biliaire et qu’elle est reliée à de grandes peurs dû à un homme. Je vois exactement de quoi elle parle, les images remontent et le rasoir coupe le lien émotionnel qui y est relié. Je respire, me sens légère , la vie circule dans chacune de mes cellules.
Je réalise que mes pointes d’aujourd’hui sont les racines d’hier, je visualise toute la vie de mes cheveux.
En regardant ces pointes fourchues et fatiguées au sol j’ai le sentiment d’avoir perdu 10 kilos !

Marie-Madeleine m’a donné les cheveux coupés afin que je puisse les brûler mèche par mèche en posant l’intention de me libérer de ce qui doit l’être. Ensuite je redonnerai les cendres à la Terre.

La semaine qui a suivi la coupe a été vraiment intense, beaucoup de choses sont remontées et se sont libérées.
Mes cheveux n’ont jamais été aussi souples, doux, brillants et surtout je n’ai même plus besoin de brosse ! Aucun noeud ! Et il me suffit de les laver deux fois par semaine contre tous les deux jours auparavant, mes cheveux ne pleurent plus.

J’espère que vous ne trouverez pas cet article trop tiré par les cheveux, mais j’avais envie de partager avec vous cette avancée en conscience capillaire.

Si cela vous a donné envie d’une coupe énergétique voici le site de Marie-Madeleine: Au coeur des cheveux

Je vous souhaite de booster le volume de la joie dans votre vie, de lisser les vagues du mental, de démêler les noeuds de l’indécision et surtout d’enraciner l’Amour car vous le valez bien.

Avec tout mon amour

Céline